PRS SE Silver Sky : Notre Avis

Ce que nous pensons de la PRS SE Silver Sky, en résumé :

Un style musical spécialisé nécessite souvent un instrument spécialisé, et c’est exactement ce que fait la PRS SE Silver Sky, qui offre une plateforme dépouillée pour les riffs à haut gain, les leads déchirants et l’honorable activité de faire un son dingue.

Les sons classiques de style Strat sont convaincants et polyvalents.

Construction, finition et configuration méticuleuses.

Options de finition sympas.

PRS !

Pas d’options de touche en érable pour l’instant.

Ce que nous pensons de la PRS SE Silver Sky, en détails :

Les avis ne manquent pas lorsqu’il s’agit de la PRS Silver Sky, mais il est amusant de constater que ceux qui y ont joué ont tendance à arriver à la même conclusion. Oui, la Silver Sky est un anathème pour les puristes d’un certain type – un puriste très en ligne – et pourtant, elle est probablement la guitare électrique ultime pour les connaisseurs, en particulier pour ceux dont les goûts ont été aiguisés par les sons des Fender Stratocasters du début des années 60.

 

Elle s’est avérée être une plateforme tellement réussie pour ces sons Strat vintage que la guitare originale signée John Mayer, fabriquée aux États-Unis, est maintenant un produit de base de la marque, un vendeur important disponible dans une gamme de couleurs unies accrocheuses et, occasionnellement, dans une finition polychromatique en édition limitée qui rend les collectionneurs fous aux caisses. L’annonce d’un modèle SE s’est fait attendre mais, finalement, PRS l’a ajouté à sa gamme fabriquée en Indonésie, le proposant pour moins de 1000 euros et le choix des couleurs Dragon Fruit, Ever Green, Moon White et Stone Blue.

 

L’idiome Silver Sky se traduit bien sur la SE. Le Moon White est une jolie couleur crème, en accord avec l’esprit vintage de Fender, et pas trop éloigné de la palette de couleurs douces de la garde-robe de John Mayer (hé, ce sont des choses importantes). Mais il y a quelques différences cruciales qui font que la SE Silver Sky revisite une recette classique.

 

Performances

Alors que la Silver Sky américaine originale a un corps en aulne massif, le modèle SE utilise du peuplier. Le rayon du manche s’est légèrement aplati, passant de 7,25″ sur le modèle USA à 8,5″ sur la SE, et le palissandre est notre seule option. Cela dit, avec les petits oiseaux incrustés qui complètent la couleur sombre, le manche est très attrayant.

 

Le design bolt-on à double pan est un point de référence évident pour l’inspiration, mais comme il s’agit d’une PRS, il y a quelques touches inventives sur une silhouette actualisée, comme le contour de la corne inférieure qui conspire avec un talon légèrement arrondi pour libérer les registres supérieurs.

 

Le sillet en os synthétique est un autre point de différence avec le modèle américain, mais comme ce dernier, il est méticuleusement taillé et invite à tordre les cordes ou à s’appuyer fortement sur le vibrato vintage à deux points.

 

Les micros sont un trio de single-coils fabriqués en Indonésie et contrôlés par la même configuration de câblage que le modèle américain. Ainsi, nous disposons d’un sélecteur de micros à cinq positions, d’un bouton de volume principal et de deux commandes de tonalité, le potard de tonalité du milieu n’affectant que le micro du manche, tandis que le potard de tonalité du bas s’occupe des micros du milieu et du pont.

Des doutes ? Vous ne savez pas comment choisir votre guitare électrique ? N’hésitez pas à jeter un œil à notre guide fait pour ça en cliquant ici.

PRS SE Silver Sky : Verdict

Le manche en érable de la SE Silver Sky a une teinte nettement dorée. Elle n’est pas tout à fait à la hauteur de l’échelle de nicotine des couleurs des guitares vintage, mais elle est néanmoins agréable à l’œil, sans parler de sa pertinence thématique lorsque la guitare est conçue pour faire référence et moderniser un classique des années 60.

 

Elle a un toucher satiné et un profil de manche 635JM qui se traduit par un C arrondi dans la main qui parvient à se sentir substantiel sans être trop nourri. Nous avons mentionné précédemment que la Silver Sky originale était destinée aux connaisseurs et c’est encore le cas avec la SE. La finition est impeccable, le frettage exceptionnel, et tout est réuni pour accueillir le joueur.

 

Le prix y est aussi pour quelque chose. Les gens ont pu se sentir libres d’être méchants envers la USA Silver Sky en ligne, mais une fois que vous avez dépensé plus de deux mille dollars pour en avoir une dans vos mains, vous voulez la traiter correctement. La SE Silver Sky, cependant, réussit un joli tour de force en se présentant comme un instrument de qualité professionnelle de haut niveau – et que vous voudriez montrer – tout en vous laissant libre d’en jouer comme bon vous semble.

Il y a sûrement des propriétaires fiers du modèle USA qui considèrent ce modèle comme celui qu’ils emmènent en concert le week-end, ou en répétition, en gardant le modèle premium en sécurité à la maison dans la valise. Eh bien, ils peuvent le faire s’ils le souhaitent, car les sons présentés par le modèle SE tiennent la route. Elles se situent à tous les bons endroits, avec le micro de chevalet qui va doucement sur le pic à glace, son potard de tonalité arrondissant gentiment une partie de la partie supérieure pour une sonorité plus chaude qui se marie bien avec une pédale de fuzz ou d’overdrive gourmande allant dans un ampli à lampes. Ce n’est pas un son trop étroit, aussi.

 

Il s’agit d’une voix Strat-esque, bien sûr, et en parcourant les différentes positions du sélecteur de micros à lames, vous découvrirez des sons très familiers, des sons intermédiaires qui donnent à ces triades de style Hendrix une élasticité musicale, sans parler du nirvana pour les joueurs de funk lorsqu’ils sont placés dans le micro du milieu.

 

Comme expédié, le vibrato de la SE Silver Sky est configuré de manière à interdire tout mouvement vers le haut. Il est effectivement bloqué. Il possède également quatre ressorts, alors assurez-vous de manger vos épinards lorsque vous vous préparez pour une nuit de manipulation de la barre de whammy. Bien sûr, vous pouvez configurer le vibrato de manière à ce qu’il y ait un certain mouvement vers le haut.

 

La gamme PRS SE nous a habitués à des normes élevées en matière de fabrication, d’ajustement, de finition et de conception, mais il est possible de dire que la Silver Sky place la barre encore plus haut. En créant une version crédible et abordable, PRS a fait en sorte que son modèle signé par John Mayer ne soit pas seulement la guitare électrique la plus discutée de tous les temps, mais aussi l’une des plus jouées. Et c’est là l’idée. Vous n’avez pas besoin d’être un fan de John Mayer non plus. En supposant que vous n’ayez pas d’allergies aux oiseaux et que vous puissiez supporter le radicalisme tranquille de la tête de lecture, ces sonorités et ces sensations pourraient être l’idée que tout le monde se fait d’un bon moment.

Une construction exemplaire et une voix qui offre un voyage immersif à travers les sonorités de guitare classiques inspirées de la Strat font de la SE Silver Sky une version séduisante et abordable de l’un des designs de guitare les plus réussis du 21e siècle.

Tags:
Critiques

Stéphane Pamina

Stéphane est un guitariste professionnel, professeur et membre d’honneur de l’EGF. Au fil de sa carrière, Stéphane a eu l’occasion de travailler avec Paul Simon, Tori Amos, Stone Temple Pilots, et bien d’autres.

Voir tous les posts de l'auteur

Ces articles pourraient vous intéresser :

Fender Player Plus Meteora PF JC : notre avis

Ce que nous pensons de la Fender Player Plus Meteora PF CJ, en résumé : Forme étonnamment confortable…

Epiphone BB King Lucille : En Détails

Ce que nous pensons de l’Epiphone BB King Lucille, en résumé : La reprise par Epiphone de la…

LTD EX Black Metal : vue d’ensemble

Ce que nous pensons de la LTD EX Black Metal, en résumé : Un style musical spécialisé nécessite…

Articles Populaires
Articles Récents