Orange Rocker 32 : l’analyse
Miniature de l'article critique de l'ampli Orange Rocker 32

Ce que nous pensons de l’Orange Rocker 32, en résumé :

Un rocker moderne…Le Rocker 32 est un combo d’une polyvalence trompeuse, parmi les meilleurs qu’Orange ait jamais sortis.

Un combo compact et puissant.

Véritable capacité stéréo.

Il est assez lourd (plus de 20 kg) et a vraiment besoin d’une paire de poignées latérales pour faciliter son transport.

Ce que nous pensons de l’Orange Rocker 32, en détails :

Dévoilé au salon NAMM d’hiver de cette année en Californie, le nouveau combo Rocker d’Orange est équipé de la valve de puissance EL84, qui est devenue presque aussi synonyme du son emblématique d’Orange que les EL34 qui alimentaient ses puissantes têtes de watt OR120 des années 1970.

 

Conçu au Royaume-Uni par le légendaire gourou d’Orange, Adrian Emsley, et fabriqué en Chine, ce combo est construit selon les normes typiques d’Orange avec des caissons en contreplaqué épais, des grilles en vannerie résistantes et un châssis en acier très résistant. À l’intérieur, l’électronique est basée sur le PCB, avec une grande carte contenant la plupart des composants, y compris les commandes du panneau avant et les prises de valve. Les composants et le câblage semblent tous de première qualité : Orange a été l’une des premières entreprises à fabriquer à l’étranger et son contrôle qualité est inégalé.

La Rocker 32 est équipée du nouveau haut-parleur 10 pouces personnalisé ‘Voice Of The World Gold Label’ d’Orange, qui possède un aimant volumineux et semble capable de supporter une grande puissance.

Photo de l'ampli Orange Rocker 32 de côté

Le Rocker 32 en possède deux et un coup d’œil à l’arrière révèle deux fils de haut-parleur séparés branchés sur le châssis – un indice de l’arme secrète du Rocker 32, qui est stéréo avec non pas un mais deux étages de sortie. Sur le panneau arrière se trouve également une boucle d’effets à valve mono out/stéréo in – et c’est elle qui ouvre la porte à quelques possibilités d’effets alléchantes. Il dispose également d’une option de demi-puissance incorporée dans l’interrupteur de mise en veille de la face avant.

Le panneau de contrôle émaillé suit le format classique d’Orange des années 1970 « graphiques seulement », utilisant des pictogrammes pour décrire les fonctions de contrôle. Le canal Dirty comprend des contrôles de gain, de basses, de médiums, d’aigus et de volume principal, tandis que le canal clean Natural a un seul contrôle de volume.

Dans l’ensemble, cet ampli a l’apparence, la sensation et l’odeur des designs classiques d’Orange – construit pour supporter n’importe quel abus et en sortir souriant. Il est aussi assez compact, bien que, comme vous pouvez vous y attendre, ce ne soit pas exactement un poids plume.

Photo de l'ampli Orange Rocker 32 de dos

Sensation et sons

En utilisation, l’ampli s’allume en douceur, avec pratiquement aucun ronflement secteur, ce qui le rend idéal pour l’enregistrement et l’utilisation domestique de bas niveau.

Le canal Naturel n’a peut-être qu’un seul contrôle de volume, mais il est parfaitement réglé pour flatter pratiquement n’importe quelle guitare et il sonne merveilleusement bien, avec un aigu vitreux qui fait place à un carillon addictif à des niveaux de volume plus élevés. C’est un son qui rappelle beaucoup le combo AD30R alimenté par des EL84 qu’Orange a relancé à la fin des années 1990 et qui est devenu depuis un classique moderne très recherché.

Le contrôle de gain du canal Dirty dispose d’une plage très large, permettant un contrôle fin des sons modérément entraînés, avec beaucoup de saleté approuvée par Dark Terror au sommet de sa course, ce qui le rend idéal pour tout, du rock britannique classique et du blues au métal moderne. Le son de ce canal est, encore une fois, typique d’Orange avec un médium puissant et des aigus équilibrés. Il sonne bien avec n’importe quelle guitare, mais a besoin d’un humbucker puissant pour obtenir les meilleures sonorités.

La capacité stéréo de la Rocker 32 la rendra presque irrésistible pour les utilisateurs d’effets. En branchant un bon chorus stéréo et en réglant les sorties sur dry/wet, on obtient un son propre non affecté d’un côté et un son modulé entièrement mouillé de l’autre. Cette combinaison wet/dry génère l’effet de chorus dans l’air entre le haut-parleur et les oreilles, créant un véritable paysage sonore tridimensionnel qui tourbillonne et respire comme un haut-parleur rotatif classique Leslie.

Vous hésitez ? Vous ne savez pas comment choisir votre ampli ? N’hésitez pas à jeter un œil à notre guide fait pour ça en cliquant ici.

Photo de l'ampli Orange Rocker 32 zoomée sur les boutons

Conclusion

Les délais sont également très amusants. L’une des choses les plus cool que vous puissiez faire avec une configuration stéréo, au-delà des clichés du ping-pong, est d’ajouter un très court délai entre les deux canaux, de l’ordre de 10 à 25 millisecondes, ce qui donne un son énorme, surtout lorsqu’il est mélangé avec une bonne dose de réverbération.

Tags:
Critiques

Stéphane Pamina

Stéphane est un guitariste professionnel, professeur et membre d’honneur de l’EGF. Au fil de sa carrière, Stéphane a eu l’occasion de travailler avec Paul Simon, Tori Amos, Stone Temple Pilots, et bien d’autres.

Voir tous les posts de l'auteur

Ces articles pourraient vous intéresser :

Critique du Bogner Ecstasy Mini Amp Head

Voir sur Thomann Ce que nous pensons du Bogner Ecstasy Mini Amp, en détails : Le Bogner Ecstasy…

Critique du Boss WL-50

Ce que nous pensons du Boss WL-50, en résumé : Pour les guitaristes et les bassistes utilisant un…

Boss Nextone Special : critique

Ce que nous pensons du Boss Nextone Special, en résumé : Pour les puristes des amplis à lampes…

Articles Populaires
Articles Récents